La Journée mondiale de prévention du suicide met en lumière les facteurs de risque, la prévention et la santé mentale sur les campus

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE 

OTTAWA, 10 septembre 2013 — Le suicide est la deuxième cause de décès chez les Canadiens de 15 à 34 ans. Partout au pays, les étudiants s’impliquent pour la Journée mondiale de prévention du suicide afin d’attirer l’attention sur cette question et de faire connaître les facteurs de risque et les signes avant-coureurs du suicide pour aider à le prévenir sur les campus.

L’Association internationale pour la prévention du suicide (AIPS) encourage les gens à allumer une chandelle à la fenêtre à 20 h, heure locale, pour appuyer les efforts de prévention du suicide, pour commémorer ceux que nous avons perdus, et par solidarité avec les survivants du suicide.

« Le suicide est une des principales causes de décès chez les jeunes, et ceux qui se suicident souffrent en grande partie de troubles de santé mentale, » explique Jonathan Champagne, directeur national de l’Alliance canadienne des associations étudiantes (ACAÉ). « Des rapports récents ont souligné les difficultés auxquelles font face les étudiants qui sont aux prises avec la stigmatisation et avec des facteurs de risque qui peuvent mener à des problèmes de santé mentale ou au suicide. »

Plus tôt cette année, le groupe de référence du Consortium canadien de recherche sur les étudiants universitaires a publié une enquête révélant que la majorité des étudiants interrogés sont débordés, épuisés et aux prises avec le désespoir. Selon l’Association canadienne pour la prévention du suicide (ACPS), l’anxiété et les sentiments de futilité et de désespoir comptent parmi les signes avant-coureurs du suicide.

« Les gouvernements de tous les paliers doivent unir leurs efforts pour créer et développer des programmes de soutien sur les campus et dans la collectivité qui favorisent la santé mentale et qui luttent contre la stigmatisation, » ajoute Champagne.

La National Alliance on Mental Illness a révélé que la demande pour les services de santé mentale a augmenté sur les campus, tout comme les délais d’attente, et ce, partout en Amérique du Nord. Elle estime que 7,6 pour cent des étudiants qui ont besoin de traitements ne cherchent pas à en obtenir ou n’y ont pas accès.

L’ACAÉ est d’accord avec la priorité de la Commission de la santé mentale du Canada qui vise à accroître la capacité des établissements d’enseignement postsecondaire à favoriser la santé mentale des jeunes, à prévenir le plus possible le suicide et les maladies mentales et à intervenir tôt, dès que les problèmes émergent.

« L’ACAÉ est fière de collaborer avec les groupes qui participent à la Journée mondiale de prévention du suicide, et nous encourageons les gens à placer une chandelle allumée à leur fenêtre à 20 h, heure locale, le mardi 10 septembre, » conclut Jonathan Champagne.

-30-

L’Alliance canadienne des associations étudiantes représente 300 000 étudiants et 24 associations membres de partout au pays. L’ACAÉ milite en faveur d’un système d’enseignement postsecondaire accessible, abordable et de la plus haute qualité au Canada.

 

Pour obtenir une entrevue avec Jonathan Champagne, veuillez communiquer avec :
Rob LeForte
Agent des relations avec le gouvernement
(bur.) 613-236-3457, poste 221
(cell.) 613-720-5726
government@casa.ca

Amélie Gadient

À propos de

Votre association étudiante est-elle prête à devenir membre?
Apprenez plus
La Journée mondiale de prévention du suicide met en lumière les facteurs de risque, la prévention et la santé mentale sur les campus
La Journée mondiale de prévention du suicide met en lumière les facteurs de risque, la prévention et la santé mentale sur les campus
@CASAACAE réunit et amplifie la voix des étudiants du postsecondaire à travers le Canada. En savoir plus!