Les étudiants cherchent des réponses sur les modalités de financement de la protection du crédit

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE 

L’ACAÉ s’inquiète de la fragilisation de l’aide financière à la suite des mesures correctives engendrées par les ratés du Ministère

OTTAWA, 25 janvier 2013 - RHDCC a annoncé aujourd’hui que les personnes dont les renseignements personnels étaient stockés sur un disque dur égaré par le Ministère pourront bénéficier gratuitement d’une protection du crédit. Il s’agit là d’une nouvelle réjouissante pour ceux et celles qui savent désormais que leurs renseignements personnels ont pu être compromis.

À l’heure actuelle, l’information disponible reste toutefois très sommaire au sujet des coûts à assumer par le gouvernement à cet égard. Par conséquent, les étudiants se disent extrêmement inquiets devant les éventuelles répercussions budgétaires auxquelles le Ministère pourrait être confronté en offrant une telle protection, et de leur impact sur l’aide financière aux étudiants pour les années à venir.

« Ce qui nous préoccupe le plus à long terme, c’est que cette dépense imprévue puisse affecter l’aide financière fédérale aux étudiants, explique M. Zachary Dayler. Nous aimerions connaître les estimations du gouvernement relativement à cette situation, et savoir si ces déboursés mineront les programmes d’aide financière sur lesquels comptent des centaines de milliers d’étudiants canadiens. »

L’Alliance canadienne des associations étudiantes (ACAÉ) a fait parvenir une requête au bureau de la ministre Finley pour obtenir des précisions sur les services de protection du crédit. Dans une lettre en annexe, l’ACAÉ soulève certaines préoccupations et exige des réponses aux questions suivantes :

  1. Quel coût par personne le gouvernement devra-t-il assumer annuellement pour offrir des services de protection du crédit?
  2. Quel est le montant global annuel que le gouvernement s’attend à débourser pour offrir un service de protection du crédit aux emprunteurs touchés?
  3. Quelles sont les estimations du gouvernement quant au coût annuel maximal pour la protection du crédit si celle-ci devait être offerte à tous les emprunteurs concernés?
  4. Le gouvernement entend-il prendre des mesures pour s’assurer que le Programme canadien de prêts aux étudiants ainsi que le Programme canadien de bourses aux étudiants ne soient pas touchés par une éventuelle réaffectation des fonds en vue de couvrir les coûts engendrés par la protection du crédit?

L’ACAÉ est d’avis que le gouvernement agit de façon sensée en offrant la protection du crédit aux personnes touchées qui en font la demande.

« Nous comprenons que des erreurs peuvent se produire, ajoute M. Dayler, et nous savons que la responsabilité est un élément capital. Toutefois, l’ACAÉ croit que le gouvernement a le devoir de s’assurer que le soutien accordé aux anciens emprunteurs n’intervienne pas au détriment de ceux et celles qui, aujourd’hui ou demain, auront besoin d’emprunter pour leurs études », conclut-il.

-30-

Pour solliciter une entrevue avec M. Zachary Dayler, prière de communiquer avec :

Rob LeForte
Agent des relations avec le gouvernement
Tél. (bur.) : 613-236-3457, poste 221
Tél. (cell.) : 613-720-5726
Courriel: government@casa.ca

Amélie Gadient

À propos de

Votre association étudiante est-elle prête à devenir membre?
Apprenez plus
Les étudiants cherchent des réponses sur les modalités de financement de la protection du crédit
Les étudiants cherchent des réponses sur les modalités de financement de la protection du crédit
@CASAACAE réunit et amplifie la voix des étudiants du postsecondaire à travers le Canada. En savoir plus!